communication, Conscience, Non classé

Drogue dure ou douce?

En général, ce sont mes différents fils d’actualité qui guident mes partages. En ce moment, je découvre qu’ils sont de plus en plus, en lien avec ma propre vie…

Quand j’ai cassé mon téléphone, j’ai d’abord eu beaucoup de mal à m’en remettre. Je fais tout avec, mais quand je dis tout, c’est tout…

Je suis devenue complétement accro, c’est un prolongement de moi-même.

Le matin, il me sert de réveil, il me dit à quelle heure, je commence à travailler et si j’ai des choses importantes de prévues dans la journée. Il m’aide à choisir ma tenue en me donnant la météo du jour. Je suis au courant des dernières nouvelles du monde et de ma sphère privée. Je peux partager, aimer et commenter tout ce que je souhaite… Grâce à lui, je reste active sur les réseaux sociaux, en me prenant bien soin de me déconnecter de ma vie réelle… Je peux accessoirement passer des coups de fils, en recevoir, envoyer des messages, consulter mes mails, mes comptes en banque, prendre des photos et les partager etc etc etc.

Je vais pas vous faire la pub de mon Xperia Z5, SONY le fait très bien et c’est pour ça que j’ai craqué!!

Du coup, il y a un peu moins de 10 jours, je suis passée par toutes les phases de l’acception du deuil, telle qu’elles sont décrits par Christophe Deville.

17991602_1312475322141148_3490235401068776204_o

Etape 1Le Choc : C’est une phase courte. L’annonce d’une rupture, conduisant à un constat, une annonce laisse la personne sans émotion apparente. Le terme de sidération peut tout à fait convenir pour qualifier la réaction de la personne face à l’information transmise. «NOOOOOOOOONNNNNNNNNN!!! Non non non, non non non… »

La 2ème étape est venue tout de suite…

Etape 2Le Déni : C’est le refus de croire l’information. Sont utilisés des arguments et la contestation. Le rejet de l’information fait place à une discussion intérieure ou/et extérieure. Il ne faut cependant pas croire que la brièveté de cette phase signifie qu’elle n’est pas importante. Certaines personnes s’enferment dans cet état de déni, de refuge (préserver la chambre du disparu intacte, continuer à mettre son assiette à table (etc). « Ce n’est pas vrai, pas possible…. ».

Etape 3La colère et le marchandage : C’est la confrontation avec les faits qui va engendrer une attitude de révolte, tournée vers soi et vers les autres. c’est aussi une phase de marchandage qui peut prendre une tournure « magico-religieuse ». On promet à une « entitée invisible » de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir. Les intensités peuvent être variables, selon la maturité affective de la personne. La pensée de la personne s’alimente de fortes contradictions. Elle peut s’emporter par ou s’enfermer dans le plus grand mutisme. Des pulsions de vengeance peuvent ainsi la pousser à avoir des comportements qu’elle ne comprend pas elle-même. En fait, la personne est confrontée à l’impossibilité d’un retour à la situation première. Elle doit faire le deuil, et passe par de nombreuses émotions : reproches, remords, ressentiments, dégoûts, de la répulsion, séduction ou agression. « C’est pas possible que ce soit moi qui l’ai fait tomber, je l’avais mis là, exprès en sécurité… Et en plus, celui qui a fait ça, a même pas pris la peine de le ramasser…».

Etape 4La tristesse : C’est un état de désespérance. « Ce n’est pas juste, purée, juste celui-là… D’habitude, je les change avant qu’ils soient abimés et celui-là que j’y tiens… Je suis dégoutée ».

Etape 5La résignation : C’est l’abandon de cette lutte au cours de laquelle la personne peut avoir le sentiment d’avoir tout essayé pour revenir à la situation perdue. Elle n’a aucune visibilité de ce qu’elle peut faire. Elle agit au gré des circonstances. Cette résignation peut aussi se composer de rejet. « C’est vraiment pas de chance, mais c’est la vie…»

Etape 6L’acceptation : Dans cette étape, la personne accepte la perte. En l’acceptant, elle est capable de garder les beaux moments mais aussi les moins bons. Elle commence à avoir plus confiance en elle, se sent mieux et l’avenir ne semble pas aussi noir qu’avant. « Je suis vraiment déçue, mais en même temps, c’est vraiment faute à pas de chance. »

Etape 7La reconstruction : l’acceptation seule ne suffit pas. Il faut reconstruire progressivement. La personne en deuil prend conscience qu’elle est en train de se réorganiser pour répondre aux obligations liées à toute vie en société. Se reconstruire amène à mieux se connaître, à découvrir ses ressources personnelles et à prendre conscience de son existence. Cette démarche développe la confiance en soi-même. Le sentiment de vulnérabilité fait place à une nouvelle énergie. « Bon maintenant qu’est ce que je fais? Je le fais réparer ou je le change? »

D’en parler comme d’un deuil, m’a vraiment fait réaliser à quel point, c’était grave. Je suis une droguée!! Ce n’est qu’un téléphone, après tout… Il y a bien plus important dans la vie.

Le fait est que dans la société dans laquelle on vit, il est difficile de se passer d’un tel mode de communication. Alors il a fallu que je fasse un choix : changer ou réparer?

C’est la que je suis tombée sur l’article dans lequel Ma conscience écolo nous donne son avis sur le livre J’arrête de surconsommer, de Marie Lefèvre et Herveline Verbeken.

j'arrête de surconsommer

Je n’ai pas encore lu le livre mais le titre, m’est apparu comme une révélation. Est-ce que j’ai vraiment besoin de changer de téléphone?

Si ça n’avait pas été un cadeau de ma maman, j’aurais tout de suite répondu :« ben oui, tu te rends compte ils sortent le nouveau… ».

Mais quand j’ai choisi d’acheter celui-là, j’avais déjà en tête d’arrêter d’être le jouet des marques et de changer de téléphone dès que le nouveau arriverait sur le marché. J’avais vraiment l’intention de le garder un moment, celui-là.

Bon après, il faut dire aussi que mettre autant d’argent pour remplacer seulement l’écran, alors que cette somme représente parfois l’achat d’un téléphone neuf est tout aussi bête…

En même temps, mettre de l’argent dans un téléphone neuf moins performant que le mien ne m’intéresse pas et puis qu’est ce que j’aurais fait du mien? Le laisser perdre de la valeur au fond d’un tiroir? Dans l’état, il n’est pas vendable…

Du coup, j’ai choisi de le faire réparer et de ne pas écouter mes vieilles pulsions d’achat.

Personne n’aurait pu prévoir qu’à peine 24h après, film protecteur en verre trempé fraichement installé, un mug allait se jeter, sauvagement sur lui, à la sortie du lave-vaisselle, pour le casser à nouveau…

17991602_1312475322141148_3490235401068776204_o

J’ai traversé les mêmes 7 étapes et c’est alors que je me pose à nouveau la même question, à savoir : réparer ou changer? que MamzellGwen, nous présente le livre J’achète moins, je vis mieux, c’est parti! d’Ombeline Hoor.

J'achète moins, je vis mieux, c'est parti!

Un peu comme si le message n’avait pas été suffisamment clair, la 1ère fois…

Aujourd’hui, j’entrevois une 3ème option : utiliser un ancien modèle.

Je crois qu’on a tous, chez nous, un vieil appareil qu’on a gardé, en se disant : »on sait jamais, au cas où… ».

Moi, je les ai tous conservé. J’ai même encore mon vieux 3310, une relique, un téléphone indestructible. Bon j’avoue que je suis pas encore psychologiquement prête à le ressortir, même s’il est redevenu tendance, avec son look vintage. 

Pour l’instant, je vais me contenter celui qui n’a que l’option téléphone, et c’est déjà pas mal pour un téléphone, non?

Je dis « pour l’instant » parce que je sais que je ne vais pas réussir à me désintoxiquer, si facilement…

Selon vous, dois-je y voir un signe? Est ce que c’est un simple concours de circonstance, ou alors il faut que je cherche le message derrière… Genre savoir se déconnecter pour mieux me reconnecter?

Et vous, vous en êtes où de votre relation avec votre téléphone? Et c’est quoi, votre addiction à vous?

mobile-phone-1419274_1920

2 thoughts on “Drogue dure ou douce?”

  1. Roh mais t’as vraiment pas de bol, le sort s’acharne. Moi aussi j’étais fan du 3310, mais j’avoue que j’aurais du mal à la ressortir aussi, c’est vrai que ces choses nous rendent accro, après tout est question de modération 😉 Et pourquoi pas une location, ça se fait de plus en plus…

    J'aime

    1. Tout est une question de modération, tu as bien raison 😉

      Ah bon un leasing de téléphone mobile? Je savais pas que ça se faisait… Faudrait que je me renseigne, tiens!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s