Lâcher prise, c’est un peu l’expression en vogue qu’on voit et entend à tout va en ce moment avec l’expansion du développement personnel.

 

Mais, qu’est ce que ça signifie, vraiment?

Pendant longtemps, j’ai cru que si je lâchais prise, je perdrais le contrôle et que si je ne contrôlais plus, « ça allait être le bordel! »  ma vie allait perdre son équilibre et se transformer en chaos…

Dis comme ça, ça me parait hyper prétentieux! Et en effet, ça l’est!

 

Parce que finalement ça veut dire quoi? Ça veut dire que mon monde tourne autour de moi et que sans moi, ils ne sont pas capables? C’est moche et c’est le résultat inverse de ce que je voulais!

En estimant que tout reposait sur moi, je pensais réellement bien faire… En portant pour eux, les choses qui me semblaient si légères, je pensais vraiment les aider. J’étais loin d’imaginer à quel point ce pouvait être néfaste à chacun…

A vouloir faciliter la vie de tous, j’ai fini par leur retirer la possibilité d’assumer pleinement leurs rôles et leurs responsabilités!

En plus, je me mettais une pression monstre pour que tout soit parfait, à l’image de la vie de famille idéale que je m’étais imaginée.

Du coup, chaque fois que mon conjoint rentrait à la maison avant que le bain des filles ne soit fait ou que le repas ne soit prêt, que la maison ressemblait à un champs de bataille après qu’on ait joué un peu trop longtemps, j’étais triste, déçue et en colère.

Il ne m’a jamais fait de réflexions dans ce sens, bien au contraire, il prenait même plaisir à participer à ces moments de complicités avec ses enfants.

Tout reposait sur moi et ma vision des choses…

Plus j’étais contrariée, par cette situation, plus je me mettais la pression, pour que le lendemain, tout soit vraiment, parfait.

———————————————–

Mes objectifs étaient :

–> que la maison soit rangée,

–> que les filles aient pris leur bain,

–> que le repas soit prêt.

Pour qu’on puisse profiter du retour (du héros) de notre homme, par des câlins, des jeux, dans l’amour et la bonne humeur.

–> que le coucher se passe à heure relativement fixe, après une routine bien ficelée pour remplir nos réservoirs à amour, jusqu’au lendemain matin.

———————————————–

Voilà mon programme de la fin de journée! J’en image, déjà, beaucoup d’entre vous, penser :

« Le quotidien d’une maman, quoi! »

 

Si vous pensez ça, c’est que comme moi, vous en faites trop!

TemplePurohit.com

———————————————–

Alors tout ça, c’était, bien sûr, sans compter, la fatigue accumulée, les disputes des filles, ma non-imagination culinaire, les allergies alimentaires de l’une et les goûts à sélection limitée des autres…

Les contraintes habituelles!

Rien n’allait jamais comme je l’avais souhaité et toute cette énergie dépensée de bon cœur, pour un résultat aussi décevant, finissait par me miner le moral et je revivais inlassablement les mêmes fins de journées et inévitablement les mêmes nuits…

Une chose en entrainant une autre, j’étais devenue un robot qui exécutait mécaniquement des tâches.

———————————————–

C’était (un peu) comme une lutte de pouvoir dont je connaissais parfaitement les règles mais que je perdais chaque fois.

———————————————–

J’ai tellement manqué de bienveillance envers moi-même, pourtant, je sais à quel point, c’est important : la bienveillance, pour les autres mais soi-même aussi et on l’oublie souvent… Je l’ai si bien oublié, que ça m’a conduit à une dépression.

Si je voulais que les choses changent, il fallait que j’agisse autrement!

Ce jour-là, j’ai compris :

« Lâcher prise, ce n’est pas signe de faiblesse,

ça demande, au contraire beaucoup de force

d’accepter de renoncer à ce qu’on ne maitrise pas. »

———————————————–

Hier, j’ai reçu un commentaire auquel je ne m’attendais pas du tout…

Ça a résonné en moi comme un déclic!

Quelque chose que j’ai oublié de partager avec vous, de peur de briser la magie…

Mes filles font leur nuit!!

Oui, oui, je sais… Elles sont 5 ans et demi ++ et 2 ans et demi ++

———————————————–

Après toutes ces nuits (presque) blanches, toutes ces nuits à tenter de trouver ma place dans un lit princesse, à, finalement, trouver, ça plutôt, pas si mal, en comparaison aux x réveils que je devais subir, quand je décidais de rejoindre mon lit, après qu’elles se soient, enfin, endormies…

Toutes ces nuits où je finissais à m’endormir assise sur un coin de fauteuil, canapé, chaise, qu’importe l’essentiel, c’était de ne plus l’entendre gémir, avant que l’on découvre ses allergies…

Par moment, j’avais même fini par y trouver un certain confort, coincée contre la barrière de sécurité, la tête calée sur un gros ours blanc, dans une chambre, à m’endormir, pendant des heures, le sein en bouche, en guise de tétine, sur un relax ikea entortillée par un morceau  de la pointe crochetée par ma mamie, restant disponible, après avoir recouvert ma fille, dans l’autre chambre…

C’était MA place!

Et c’est ce qui me faisait tenir ces longues, très longues heures nocturnes… Maintenant, j’y repense avec beaucoup de (nostalgie) tendresse

❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️

Je n’en ai jamais doutée que cet instant arriverait un jour et savoir que ce jour serait finalement, très vite là, m’aidait aussi à tenir et maintenait ma détermination!

J’ai su résister aux (bonnes) intentions qui me conseillaient de les laisser pleurer, d’être plus ferme… Et je suis assez fière de moi, pour ça.

J’ai écouté mon cœur de maman et j’ai continué à les accompagner comme je pensais devoir le faire, en répondant à leurs besoins.

Et puis un jour… C’est dingue mais c’est vrai, on a fini par y arriver! Ça s’est fait, presque sans m’en rendre compte, naturellement… Ça a commencé par une nuit puis deux puis trois etc

 

Maintenant elles ne se réveillent qu’en cas de peur ou de maladie.

Ma grande se lève faire son pipi et se recouche toute seule!

 

J’ai l’impression que ça doit paraître… bête, à beaucoup d’entre vous, et pour d’autres, comme toi, dont le commentaire à inspirer cet article et moi, ça sera une énorme victoire, un pas de géant dans le quotidien.

Pendant longtemps, j’ai été cité en exemple par mon entourage, on a reconnu ma patience, on m’a souvent demandé comment, je faisais pour ne pas perdre patience, pour tenir sans dormir…

———————————————–

Mon secret?!?

Le LÂCHER PRISE.

Sans rire, du moment où j’ai compris, ça nous a libéré!

———————————————–

Si vous saviez le nombre de choses que j’ai mis en place pour que ça arrive… Je vais, même, peut être, en faire un article le top 100 des trucs pour que vos enfants dorment (et qui marchent pas!)

———————————————–

Mes filles sont, comme tous les enfants, des éponges émotionnelles, quand l’hypersensibilité s’en mêle, c’est bouillonnant d’énergie…

Pendant très longtemps, je les couchais presque mécaniquement. J’avais dans la tête la longueur des nuits précédentes et je comptais mentalement le nombre d’heure que je pouvais espérer rester coucher dans mon lit, voir à dormir dans leur lit avant de me réveiller endolorie par une position pas très confortable!

J’étais fatiguée, épuisée, déprimée… J’en pouvais plus de pas dormir.

Je ne le faisais pas (je ne sais pas comment) mais j’aurais pu pleurer, chaque matin, au réveil, tellement c’était moralement difficile.

Malgré cet état, je ne pouvais pas faire autrement que de répondre à leurs appels… J’en pouvais plus… Et ça, elles le sentaient bien.

Et c’est, en grande partie, ce qui faisait que ça ne marchait pas!

 

Il a fallu que j’accepte que malgré tout mon amour, tous mes efforts, je n’avais pas de pouvoir, pas de contrôle sur leurs réveils. Je ne maitrisais pas leur sommeil et c’est comme ça, que j’ai réalisé qu’il fallait lâcher prise

J’ai alors décidé de me reprendre et de redécouvrir le plaisir de ce moment d’échange, d’amour et de complicité, qu’est le coucher!

Je n’ai rien changé au rituel qu’on a mis en place depuis plusieurs années, je me suis simplement reconnectée à cet instant.

———————————————–

Notre rituel :

–> lavage de dents,

–> pipi,

–> bisous papa,

–> histoire (1 seule),

–> 1 tour de veilleuse,

–> bisous « Bonne nuit. Fais de beaux rêves. Je t’aime. A demain.« 

Lâcher prise! Être pleinement à ce que je fais!

C’est ça, le seul et unique secret et ça marche pour tout…

On a le droit de vouloir lire une histoire plus courte, quand on est fatiguée… Mais on ne doit pas bâcler ces moments-là. C’est super important pour le développement de nos enfants. Le moment du coucher est essentiel à la construction du lien entre parents et enfants. Ne le négligeons pas!

Je profitais aussi du temps que la veilleuse se termine pour pratiquer quelques minutes de cohérence cardiaque.

À effectuer sans modération à tout moment de la journée pour nous aider à lâcher prise et à nous reconnecter avec le moment présent. 😊

Lâcher prise, ça change vraiment la vie! En tout cas, ça a changé la mienne ❤️

Vous rencontrez des problèmes similaires avec vos enfants? Le sommeil de vos enfants est un problème récurrent? Vous avez du mal à vous endormir? Mon expérience vous a t elle donné envie d’essayer la pleine conscience? Le lâcher prise? La cohérence cardiaque? N’hésitez pas à partager vos impressions 🙂

Continuer votre lecture, en découvrant ou en vous tenant informé, sur la méditation :

 

———————————————–

#denouveauxdefispouruneanneereussie #filrouge2018 #defilacherprise #lacherprise #lacherpriseseuleouenfamille #japprendsarespirer #respiration #coeherencecardiaque #meditationguidee #méditer #méditationenpleineconscience #instantpresent

 

Partager cet article :